l’affiche

« Je te raconte: tout à l’heure avec une amie nous marchions rue de Belleville. Nous sommes passées à côté des affiches des deux candidats, intactes. Devant l’école. Alors en plein soleil au milieu des gens on a commencé à déchirer l’affiche de Marine L., parce qu’en premier c’est cette image, qui ne reste jamais intacte dans nos quartiers, que nous avons voulu atteindre. C’était difficile, on n’avait pas de matériel. J’ai sorti ma clé pour lacérer. Le stylo pour gribouiller. Une femme, une folle est arrivée derrière nous pour nous mettre en garde par un paradoxe : c’est trop tard, elle dit, puis en riant, avec une voix de petite fille, c’est trop tard. Comme deux messages inverses qui passaient dans la même phrase, côté triste, côté gai. Elle nous a fait peur. On est parties. Après, je suis rentrée chez moi. En pensant que j’irai demain déchirer l’autre affiche, j’ai rempoté des plantes, des vivaces que j’ai achetées pour le printemps: des euphorbes, un oeillet, et des saxifrages. »

[anonyme]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: